... Votez •• Votez •• Votez ...

Partagez | 
 

 « La langue est un organe sexuel dont on se sert occasionnellement pour parler. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
It's me
Mardy Bum !


avatar✉ Messages : 71
✉ Date d'inscription : 31/01/2013
✉ Fiche(s) : La langue est un organe sexuel dont on se sert occasionnellement pour parler

Relations.
Demandes de RP.
Journal.
✉ Ft : Georgia May Jagger
✉ Fonction : c'est la futur Céline Dion, tu peux pas test.
✉ Disponibilité : Non dispo
✉ Âge : 7 Janvier 1993
✉ Don(s) : J'assume pourrir ton temps libre. ♥️

MessageSujet: « La langue est un organe sexuel dont on se sert occasionnellement pour parler. »   Dim 3 Fév - 16:56




Mardy-Abigaïl Bum

ft Georgia May Jagger

T'ES LA, C'EST BIEN.

Mieux vaudrait apprendre à faire l'amour correctement que de s'abrutir sur un livre d'histoire.


PRÉNOM(S) : Mardy-Abigaïl Denis
NOM : Bum
ÂGE : 18 ans – 7 janvier 1993
GROUPE : Pique - vit en collocation avec Jasper
EMPLOI : Première (redoublante) – Serveuse au manoir Corwin – La mort au rat c’est la vie.


POUVOIR(S) : Contrôle la chaleur.
CARACTÉRISTIQUES : Mardy est capable de moduler la chaleur. Elle modifie ainsi la température des matériaux de son choix et change leurs états. D’eau à glace, de glace à vapeur, tout n’est qu’une question de dosage et pour ça il faut lui faire confiance. Ainsi Mardy créer des mirages, vous donner des nausées, vous glacer le sang, vous rendre impuissant. Lorsqu’elle était infirmière, elle l’utilisait pour cicatriser les plaies, les refermer, arrêter les hémorragies, etc. La chaleur s’avère très utile, quelque chose qui entoure tout et que tout possède. Naturellement, la chaleur pour nous est devenue une habitude pour vous. Mais elle est bien là, dans tout ce que vous voyez, même imperceptible à votre corps de 37 degrés.

Pour la contrôler, elle doit la toucher indirectement. L’atteindre la transférant de sa peau à l’objet visé. Ainsi, Mardy n’a aucune chaleur corporelle. Pire encore, elle ne ressent aucune chaleur. La chaleur lui est indifférente, qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il neige, tout sera pareil pour elle à une chose près : la chaleur corporelle vivante. Un être vivant aura toujours pour elle une chaleur qu’elle pourra ressentir bien que faiblement. L’excès de l’utilisation de son pouvoir entraine une perte de conscience. Plus elle l’utilise, plus elle a besoin de concentration, plus c’est difficile.
Mardy contrôle la chaleur. N’est-ce pas une force en soi, d’être différent ? Elle contrôle aussi bien la chaleur de l’air que de votre corps. Sachez que tout à une chaleur différente et Mardy peut ainsi pister les objets en mouvement et les mémoriser. Une sorte de GPS humain. Elle peut créer des mirages de son choix. Puisqu’elle contrôle très bien ce pouvoir, elle n’a pas trop de grosse surprise mais donnez-lui une chaleur inconnue ou rare et elle aura du mal à la changer. Ceci est un pouvoir physique et chimique, non psychologique, les champs de forces mentaux ne serviront pas à arrêter la douleur.



ET SINON, DANS TA TETE



PHYSIQUE



Le croquis.
Mardy remercie le ciel de la vieillir pour pouvoir s’acheter son tabac. Elle fait plus que son âge bien que les traits de son visage soit lisses et fins. Ses yeux aux contours si légers, soulignés par ses cils non maquillés, soulignent le teint pâle de son visage qui donne à ses dents du bonheur une singularité en harmonie avec ses lèvres si douces. La jeune ingénue aux silhouettes fines, pas très grandes et pourtant pas trop petite est, pour parler franchement « bien foutu ». Il en faut peu pour que sa beauté naturelle vous accroche le regard.

Les ombres.
Il y a dans le regard de Mardy un rictus sincère, un appel au secours, sortez là de cette réalité qu’elle supporte et qu’elle porte. De son sourire se décrocheront des fossettes et ses yeux brillent à l’étincelle du sentiment. De ses mouvements, il n’y a aucune grâce, une sorte de désinvolture spontanée, qu’elle casse par ses apparences de je-m-en-foutiste. Mais la panoplie est trop parfaite pour être vraie, la jeune dandy, bien qu’elle ne se soucie pas de son apparence, assure un rythme spontané et sincère. Elle ne compte pas ses mouvements, lorsqu’elle bouge, c’est toujours comme s’il y avait un faux contact, des mouvements en trop. Les détails de ceux-ci sont importants, les rictus dans ses doigts, ses lèvres, ses yeux.

La couleur.
Mardy s’habille... Oh, cela ne dépend pas des saisons, Mardy ne craint ni le vent, ni la pluie, ni le froid. Littéralement. Elle adopte une tenue désordonnée, à la va vie, souvent court. Short découpés, pull trop grands, lunettes rondes... Toujours elle aura ses doc martens noir, qu’elle ne prend jamais la peine de nouer ou bien ses creepers. Elle aime avoir les bras nus mais possiblement aura-t-elle une veste en jean, un pull piqué à Wyatt. « Putain, cette junkie grunge... » Diront certains. Pas vraiment. Elle en a seulement et véritablement rien à foutre. Cependant, vous ne la verrez jamais ni en talons, ni en jupe, ni en robe. Au diable les instruments facile de la séduction : mini-jupe et maquillage, Mardy utilise son charme naturel et connaissant sa réputation, ça marche.

Les détails.
Mardy est blonde, les cheveux relâchés caressant ses clavicules. Ils sont ondulés, un peu en bataille. Sa toison d’or cache le tatouage de corbeau prenant son envol dans son cou et lorsqu’elle penche la tête, ses joues qui rougissent si vos mots ne la laissent pas indifférente. Dans ses fins doigts, près de ses ongles mal taillés, vous trouverez souvent logé un joint, une cigarette ou un cône ressemblant.



SIGNE DISTINCTIF : Tatouage de corbeau sur le cou, bague gravé d’une harfang au pouce, une cicatrice sur le bras droit, une cicatrice sur le rein gauche, un joint à la bouche.

PSYCHOLOGIE :


Mardy, c’est une fille.
Par là, je ne parle pas de son sexe, de la douceur de sa peau et de la couleur de ses souliers. Mardy est une personne. Elle a beaucoup changé en un an, ici à Rédemption. Tout le monde change. Et la main de la Nox fait malgré elle partit ce de tout le monde.

Mardy, c’est une ambiguïté.
Il faudra s’y faire. Mardy n’est pas la gentille jeune fille innocente. Elle s’intéresse à l’être humain, fascinée par les corps. Elle pénètre votre âme, Mardy n’est ni chaud ni froid, Mardy est plusieurs sens à la fois, jamais de ce qu’elle dit ne veut dire une seule chose. Elle vous donne une multitude de piste dans chacun de ses gestes et c’est à vous de les interpréter. Elle jugera votre interprétation, elle décidera à partir de votre réponse à ses invitations, fière et assumée.

Mardy, c’est une étincelle.
Si la flamme nous touche c’est tellement chaud mais si on la caresse, elle s’éteint. Elle devient froide, comme ça, comme si elle n’avait jamais ris avant. Lâchez-la à temps et elle se rallumera. Mardy est bi polaire, elle ne danse jamais sur le même pied. Sans doute la verrez-vous plutôt calme. Par défaut. La drogue ne lui laisse pas le choix ici-bas, mais personne ne l’a. Souvent vous la verrez sourire. Mais... C’est quoi ce sourire hypocrite Mardy ? Tu ne fais pas d’effort n’est-ce pas, le sourire sincère, ça tu ne sais pas faire. La sincérité... L’une de ses qualités à vraie dire, si ce n’est pas un défaut. Mardy est direct, Mardy n’est pas hypocrite. Peut-être, et alors vous saurez à quel point elle tient à vous, vous verrez Mardy s’énerver. La colère sera votre espoir qu’elle vous aime et vous aurez raison.

Mardy, c’est une brique.
Mardy, elle n’aime pas. Elle déteste aimer. S’attacher, tout ça... Mardy préfère oublier. Mais Mardy est loin d’être asexuelle. Mardy est attirée par vous, elle vous aime, tiens à vous. Mais encore faut-il qu’elle accepte. Si ce n’est pas le cas, alors ne vous attendez pas à trop d’attention de sa part. Un peu blasée dans l’âme, déchirée par les précédentes pertes, si vous partez, bien sûr elle aura mal, plus mal que vous ne vous l’imaginez, mais sur ses joues, ses fossettes se creuseront et à jamais pour vous, Mardy restera cette petite trainée hypocrite qui s’est bien foutu de votre gueule. Au moins vous ne la regretterez pas, rongé par la colère de sa petite remarque cynique lors de vos adieux. Elle vous regrettera. Entre deux bouffées de mort lente jusqu’à la sensation de vide sur ses lèvres roses. Elle vous regrettera en silence. Parce que Mardy ne sait rien faire de mieux.

Mardy, c’est une ballerine.
Mardy danse, Mardy chante. Mardy n’a pas que des côtés blasés et junkies vous savez. Mardy peut rigoler, s’amuser, être heureuse. A moins que ce ne soit qu’une illusion, peu importe tant que la sensation est forte. Spontanée, elle vous trainera dans un cimetière la nuit pour raconter des histoires d’horreur. Elle chantera debout sur un tabouret d’un bar pour vous prouver quelque chose ou vous entrainera dans une de ses danses dont elle a le secret. Et pour ça, Mardy est une marque au fer rouge. Unique possiblement, elle marque les mémoires, donne envie de voir plus, de connaitre mieux.

Mardy, c'est une raillerie.
L’humour à défaut de la force, elle l’utilise comme arme de défense mais comme moyen d’aborder, de s’excuser de se présenter... Le cynisme, toujours de trop, celui qui rend l’ambiance lourde, les esprits nerveux, la tension épaisse. Il a le mérite de marcher entre ses mains, de rendre Mardy mystérieuse, un peu nerveuse sur les bords. C’est l’ironie, l’esprit poétique de Mardy, l’envie de voler... C’est ça qui rend ce cynisme si lourd, car elle l’annonce comme une fatalité. Ne parlons pas de fatalité. Elle nous entendrait, elle pleurerait. A sa manière, sans larmes, sans œil gonflé. Mais se serait des pleurs d’une façon ou une autre. Et bien que Mardy ne pleure plus littéralement depuis son suicide, Mardy pleure souvent de cette façon. Son moyen d’exprimer son chagrin, saurez-vous le trouver pour sécher ses larmes ?

Mardy est une âme brisée.
Mardy est une âme.
Mardy est.


ET PLUS SERIEUSEMENT





PSEUDO : MARGINAL HOPE
ÂGE : l’âge de ne pas mourir tout de suite.
OÙ AVEZ VOUS CONNU LE FORUM ? : En chemin pour nulle part.
CODE : Je m’auto-valide. J’suis comme ça moi, héhé.





Dernière édition par Mardy Bum le Dim 3 Mar - 12:24, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://redemption-v2.forumactif.org/
It's me
Mardy Bum !


avatar✉ Messages : 71
✉ Date d'inscription : 31/01/2013
✉ Fiche(s) : La langue est un organe sexuel dont on se sert occasionnellement pour parler

Relations.
Demandes de RP.
Journal.
✉ Ft : Georgia May Jagger
✉ Fonction : c'est la futur Céline Dion, tu peux pas test.
✉ Disponibilité : Non dispo
✉ Âge : 7 Janvier 1993
✉ Don(s) : J'assume pourrir ton temps libre. ♥️

MessageSujet: Re: « La langue est un organe sexuel dont on se sert occasionnellement pour parler. »   Dim 3 Fév - 17:03





T'AS UNE VIE DE MERDE ?



Il faut vous avouer que vous raconter la vie de Mardy une énième fois me fait largement plus chier que prévu. En fait ça me casse littéralement les c*****. Mais je n'ai pas le choix. Alors je vais vous la raconter.

La fiche de Mardy pourrait être quotée dans le VDM du forum. Limite, on y croit plus tellement elle n'a pas eu de bol. Elle est née dans une famille à la con, un père qui trompait déjà la mère, une mère qui trompait sa vieillesse. Les principales préaucupations de cette famille: L'argent, la jeunesse, la beauté, la réputation, l'argent. Ces gens ont eu deux enfants. Si la mode avait été d'avoir des chiens ils auraient eu des caniches. Mais la mode a voulu des enfants. Mardy-Abigaïl et Elisabeth. Deux gamines incomprises, qui n'avait jamais reçu l'amour de qui que ce soit. La définition de l'amour se limitait à "J'aime bien ce vernis à ongle.", à "Je ne t'ai pas trompé chéri, c'était rien, c'est elle qui m'a draguée". Quel manque d'originalité dans ces propos. Et pourtant.
Mardy-Abigaïl détestait ses parents. Rien n'était pire que sa vie de famille. Très tôt, elle découvrait l'existence des pouvoirs. C'était quelque chose de réconfortant. Elle pensait être la seule à posséder quelque chose d'aussi beau. Contrôler la chaleur. Elle passait ses journées à s'entrainer, s'expérimenter. Mais bien entendu, si les orphelins Baudelaire n'avaient pas perdus leurs parents dans incendie, il n'y aurait jamais eu un seul tome n'est-ce pas?
Et la vie de Mardy commença à cet instant, lorsque son père comprit qui elle était: un monstre. Ce n'était pas un don mais un maléfice. Il voulait l'éloigner, l'empêcher d'utiliser ses pouvoirs, de voir sa soeur. Alors la maison disparu dans les cendres du désespoir, les deux adultes avec. Qui n'a jamais aimé n'aimera jamais disait-on. Mardy avait fait ça pour Elisabeth. Mais un an plus tard, elle fuit du couvent dans lequel on les avaient inscrites. Amour fraternel à la con, tu ne suffis pas pour rendre l'histoire heureuse.

Edimbourg. Ville triste, ville historique et pourtant ville plaisante. Mardy n'avait que 13 ans lorsqu'elle arriva dans tes bras. Elle rencontra Alaric, elle rencontra la difficulté, l'anonymat et puis elle rencontra la destuction. Enfant violée, elle tua son violeur. Elle fuit, enceinte.
Vous suivez jusqu'ici? Je viens de résumer en 500 mots le plus chiant de la vie de Mardy, mais ce n'est pas terminé. Non parce que sa vie ne fait qu'empirer.

Elle rejoint un groupe de gens munit de dons. Elle n'était plus seule mais elle était enceinte. Il s'en passait des choses, le gang n'était pas les gentils justiciers qu'ils affirmaient être. Pour le bien du gamin, elle ignora ces "détails". Et puis vint l'accouchement. Ce ne fut pas si terrible, ce fut bref. Mais le gamin, elle fut incapable de l'aimer. Elle avait 16 ans et on lui foutait le gamin d'un violeur dans les bras. Qui n'a jamais aimé est incapable d'aimer à nouveau dit-on. Moi aussi je déteste cette expression. Il y avait Thomas. Je pense que c'est important de citer Thomas parce que c'est le seul véritable ami qu'elle avait à cette époque, ayant fuit Alaric. Il était sans doute amoureux d'elle. Et quand le chef du gang tua le gamin qui lui aussi avait un don "dangereux", je vous laisse imaginer quel type de don ce gamin avait, Mardy ne dit rien. Elle n'avait rien à dire, ce n'était pas "son" enfant, c'était celui d'un terrible accident, c'était un attachement au passé. Mardy est un monstre. Alors Thomas lui supprima la mémoire, elle oublia le viol, l'enfant et puis l'infanticide aussi. Il lui donna la lettre pour aller à Rédemption et elle y alla heureuse, ayant oubliée jusqu'à qui était Thomas. Il n'avait pas fait dans la demi-mesure. Et il avait raison.
Rédemption. Quel bahut de merde. Il faut le dire comme c'est. Elle n'aurait jamais dû y aller. Mais elle n'avait pas eu le choix. Elle y retrouva Alaric à son plus grand bonheur et puis aussi d'autres gens comme Sélène, sa meilleure amie. Il y avait surtout Gwen. Gwen, elle lui a apprit à vivre, en quelques sortes. Elle l'a emmenée dans la drogue, toute les conneries futiles qui font de Mardy qui elle est.

La mémoire de Mardy est revenue. Elle tenta le suicide. Raté, et parce qu'écrire tout ça me fait chier, je me permet même de dire sans avoir peur de casser l'ambiance super triste de cette histoire, que ce fut un EPIC FAIL. Mardy perdu son travail qui lui permettait d'être pensionnaire. Elle devint la pute, droguée, alcoolique et dépressive que la plupart connaisse. Elle perdu sa si belle réputation qu'elle avait dorée en arrivant ici. Bref, le drame. Vint le personnage qu'on attendait tous depuis l'incipit: Wyatt.
Personnage charismatique, typé du style mafieux sans coeur qui ne s'attache à personne. Et bien il a rencontré Mardy. Il l'a acceuilli chez lui, il lui a offert le gîte et l'a obligé à sortir de sa dépression. Malgré ses airs froids et coureur de jupons, il était son mentor. Grâce à lui, elle reprit les cours, elle arrêta l'alcool, elle devint la Mardy blasée et sans coeur qu'elle était. Qui n'a jamais aimé n'aimera jamais dit-on, peut-être que cette phrase est fausse.
Si je fais l'éloge de Wyatt, c'est parce que je voudrais que vous vous attachiez à lui. C'est le sauveur, dans un film il serait Obiwan (version sexy, jeune et voleur.) Mais je ne vous spoil rien, il ne meurt pas à la fin.
Bref. C'est ici normalement, mi-Avril 2010, qu'il y eu une série de drame. Le massacre de Rédemption, la foire brûlée, le directeur assassiné... Que de tensions, la Nox Arcana vint et Mardy devint main. Elle profita de son pouvoir, elle profita de sa vie, elle s'en contre-fichait d'être détestée et elle avait bien raison. Elle logeait chez Wyatt le soir, elle rendait visite à Sélène le wee-end et travaillait à Rédemption la journée. Que demande le peuple?

Le peuple... Le peuple c'est un bisounours fan de disneys, je le sais, je le vois. Il demande l'amour, pas l'amour paternel, le vrai, le vrai amour. Mardy n'en voulait pas, blasée, sans coeur, elle était heureuse d'être. Mais l'amour c'est dégeulasse, ça vous tombe sur la gueule sans prévenir, ça te fais souffrir et puis ça t'abandonne. Comme dit Prévert "Oh! Pourquoi t'avoir dit Je t'aime? Me voilà la triste victime de l'aggravitation universelle." Plouf.
Vous l'aurez compris, Liam est arrivé comme ça, dans la gueule de Mardy. La première fois qu'elle le vit, elle su qu'elle allait tomber amoureuse. Bien sûr, elle ne savait pas ce que ça voulait dire. Elle savait. C'est tout, c'est con, c'est comme ça.
Mais un viol ne laisse pas sans séquelles. Elle acceptait l'invitation de tout homme qui la touchait. plutôt que de montrer sa peur d'être touchée, elle faisait semblant, elle simulait, c'était triste. Incapable d'être fidèle à l'amour volé. Il ne savait même pas, qu'elle l'aimait. Elle disait rien, elle faisait la muette, elle jouait la conne, la garce. Elle rencontra Cole, elle devint "un couple" avec Cole. Qui n'a jamais aimé n'aimera jamais se répétait-elle sans cesse. Elle rentrait chaque soir chez Wyatt, oubliant Liam, oubliant Cole. Et même si elle aimait Cole, elle ne pouvait empêcher ses pensées de partir vers Liam. C'était une souffrance perpétuelle, mais elle était assez heureuse quand même. Et, je cite Prévert encore, "Si tu cessais de m'embrasser, Im me semble que j'mourrais étouffée. T'as quinze ans, j'ai quinze ans. A nous deux on a trente. A tente ans on n'est plus des enfants, on a bien l'âge de travailler, on a bien l'âge de s'embrasser. Plus tard il sera trop tard, notre vie c'est maintenant. Embrasse-moi!"
On est tous d'accord sur un point les amis. C'est maintenant que Mardy aurait dû être victime de l'aggravitation universelle et lui dire je t'aime, et l'embrasser avant qu'il ne soit trop tard.

Trop tard.

Rédemption ferme. Elle s'inscrit au lycée, au moins pour Wyatt.
Vous vous dites actuellement: La vie de Mardy, ça ne peut pas être pire, c'est déjà ça.
Je me disais ça aussi.
Et croyez-moi, je ne suis pas maître de ce que je m'apprête à vous raconter. Rappelez vous que vous êtes attachés comme elle à Wyatt et Liam. Parce que vous ne voulez que le bonheur de la petite droguée et que à l'aube de ses 18 ans, vous voulez qu'elle soit heureuse avec les deux personnes qu'elle aime le plus au monde - même si elle est trop conne pour leur dire, sans oublier Cole, Sélène et Alaric. Le reste... Le reste, ce ne sont que des détails, des gens qui la déteste.

Alaric est parti.
Sélène lui annonça son départ. Elle partait avec son mari, un petit blondinet assez égoïste pour arracher Sélène à ce lieu. Cole décida de partir à la recherche de Sélène. Mardy ne comptait plus pour lui. Tant pis. Elle prit les coups, elle assumait la douleur. Il restait Liam et Wyatt merde, elle allait tenir le coup! Elle s'alluma un joint.
Si j'étire le temps, c'est pour que vous compreniez où je veux en venir.
J'en viens à l'instant où Mardy rentre chez Wyatt qui est devenu un chez elle. Elle comprit en entrant que l'appartement semblait plut vide. Les ombres hurlaient à la mort, Mardy n'osait pas trop comprendre. Il y avait un mot sur la table. Wyatt est parti. Il ne lui a pas dit au revoir, à quoi bon? De toute façon les choses étaient les même. Elle n'avait plus de maison et Wyatt était parti. Un peu et elle reprenait l'alcool. Mais elle n'en fit rien. Je n'allais pas non plus l'enfoncer. Ce fut une surprise autant pour elle que pour moi, ce départ précipité.

" Mardy,

Lorsque que tu liras mes mots, je serais loin. Je serais en avion, en bateau, en voiture, je serais cet homme que tu ne reverras plus, cet homme qu'il te faut oublier, je serais Wyatt, celui qui vole, celui qui est seul, celui qui ne peut rester. J'étais venu à Birdsall pour trouver mes réponses, m'échapper du trésor européen pour vivre libre, et toi, tu étais ce petit bout de femme si spécial, si perdue. Tu te retrouva sur ma route, et j'étais loin de penser que nous marcherons ensemble si longtemps. J'aurai du, probablement, me taire, m'éloigner, t'expliquant qu'un jour je sortirais de ta vie aussi vite que j'en étais rentré mais jamais je ne réussis à m'y résoudre.

Oublie moi mais ne me déteste pas, tu fus ma plus belle réponse à Birdsall, et même si aujourd'hui et pour toujours je suis loin, tu laisseras un jolie souvenir dans mon existence. Je pris pour que tu t'en sortes, tu le mérites, relèves-toi Mardy et le monde sera à tes pieds..

Avec amour, Wyatt.."

La maison de Mardy? Un pont. Elle rencontra Raphaël (Je ne présente pas, vous lirez sa fiche). Elle ne le connaissait que très peu mais lui aussi vivait à la rue. Elle avait mal. Elle avait envie de pleurer mais toutes ses larmes restaient dans ses yeux de jeune conne droguée. Droguée? Mais Mardy n'avait plus de quoi s'offrir des cigarettes! Non, Mardy ne pouvait fumer qu'une fois de temps en temps et la plus grosse fumeuse de Rédemption était maintenant irritable, en colère et amer.
Elle avait senti tout ça passer.
Inutile de dire "Heureusement, il y a encore Liam" haha. Allez lire sa fiche de lien, vous comprendrez un peu. Le résultat de son refus à être victime de l'aggravitation universelle, c'est tant pis pour sa jeune gueule. Ce n'était pas là, la faute du jeune homme. Lui n'avait fait que suivre le mouvement. Je n'avais qu'à aider Mardy à trouver les mots pour lui dire. Il l'a toujours dit : « Je suis tout à toi si tu es mienne. » Il avait raison et Mardy avait tort. Comme toujours. Elle encaissait, elle sentait les coups de l'acide passer. C'était comme un long sommeil dont le passé rattrapait le destin.

Et c'est là que je récupère ma jeune première. Là, à cet instant précis: sous un pont, la veille de son anniversaire de ses 18 ans, seule, sans plus personne, La bombe à retardement de Wyatt dans la tête et tout le reste au fond de la gorge. Elle avait un joint à la bouche et un crayon dans la main, elle dessinait sur le mur du pont. Parce que. C'est comme ça.
Je lui trouverais un boulot à la gamine, je lui trouverais les mots pour qu'elle puisse les dire à Liam. Mais pour l'instant, je vais seulement la laisser dormir et finir sa fiche.


Dernière édition par Mardy Bum le Dim 3 Mar - 14:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://redemption-v2.forumactif.org/
It's me
Mardy Bum !


avatar✉ Messages : 71
✉ Date d'inscription : 31/01/2013
✉ Fiche(s) : La langue est un organe sexuel dont on se sert occasionnellement pour parler

Relations.
Demandes de RP.
Journal.
✉ Ft : Georgia May Jagger
✉ Fonction : c'est la futur Céline Dion, tu peux pas test.
✉ Disponibilité : Non dispo
✉ Âge : 7 Janvier 1993
✉ Don(s) : J'assume pourrir ton temps libre. ♥️

MessageSujet: Re: « La langue est un organe sexuel dont on se sert occasionnellement pour parler. »   Sam 9 Fév - 15:11




"On se lève d'un silence et déjà, j'y reviens,
Qu'elle est belle ton absence à ne me laisser rien,
C'est demain quand tu rêves et les mots défendus,
Si le vin te relève, j'ai bu.

On se lève d'un silence et déjà, j'y reviens.
Serait-ce ton absence qui pleure sur mes mains ?
C'est le bruit d'une étincelle et le ciel ne sait pas,
Si le vin te rappelle, je bois.

Mille et une pensées, j'ai pas reconnu la mienne
De mes amours de hyène, je t'ai mordu les pieds.
Je t'aime, comme on aime dans les chansons,
Du fin fond des nuits parisiennes.

On se lève d'un silence à l'écriture bancale.
En plus, j'y vois que dalle, il pleut sur mon cahier.
Les autres me bousculent ou c'est moi, je sais plus.
Je m'en vais, mes mains brûlent, les rues.

Si le "po" de poème, c'est la peau sur tes os,
Fais de moi qui tu aimes et je me ferai beau.
Mais les voix du silence me disent : "Elle partira",
Les reines se balancent, des rats.

Mille et une pensées, j'ai pas reconnu la mienne
De mes amours de hyène, je t'ai mordu les pieds.
Je t'aime, comme on aime dans les chansons
Du fin fond des nuits parisiennes!

Mes yeux c'est des oreilles en bois, j'en crois pas mes orteils.
Assis dans un commissariat je m'souviens pas pourquoi je n'ai pas eu sommeil!

Mille et une pensées, j'ai pas reconnu la mienne
De mes amours de hyène, je t'ai mordu les pieds.
Je t'aime, comme on aime dans les chansons
Du fin fond des nuits parisiennes!"



Revenir en haut Aller en bas
http://redemption-v2.forumactif.org/
It's me
Contenu sponsorisé !



MessageSujet: Re: « La langue est un organe sexuel dont on se sert occasionnellement pour parler. »   

Revenir en haut Aller en bas
 

« La langue est un organe sexuel dont on se sert occasionnellement pour parler. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aurore fait son cirque [terminée]
» la langue d'enseignement,facteur de pauvreté
» La langue de la Marche
» La Langue Française et les animaux...
» La langue du Harad

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rédemption :: » ÉPILOGUE «
“game over honey”
 :: •• archives •• :: •• Hors-RP ••
-