... Votez •• Votez •• Votez ...

Partagez | 
 

 Vous m'aimez, ne dites pas le contraire. [Clyde ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
It's me
Invité !

Invité

MessageSujet: Vous m'aimez, ne dites pas le contraire. [Clyde ♥]   Jeu 16 Mai - 23:46






Clyde & Nina




Je me souviens de mes mésaventures, de mes doutes, de mes peurs, de ces petits riens qui semblent si graves, je me suis fixée tant de buts dans la vie et pourtant le seul et unique but qui soit important, le but ultime est d’assister à l’aube des temps et de se baigner dans la lumière qui emplie le monde. Non, c'est une blague. En réalité, je m'en fous.

« Katerina, c'est la fin de ton service ! »


Fin de service, oui, mais qui a parlé d'arrêter de s'amuser ? Faisons tomber les masques. Arrêtons le double jeu. Au revoir Katerina, ta perruque rose coiffée à la Mireille Mathieu, ton air de petite fille sage qui se transforme en putain quand tu danses autour de la barre. Bonsoir Nina, ta chevelure longue couleur châtain passant délicatement au dessus de ta poitrine, tes boucles parfaites, ton mini short moulant, tes talons de 10 centimètres et ta veste en cuir. S'amuser.. Une bonne chose n'est ce pas ? Quand on a pas d'enfants sur les bras. Après être sortie du vestiaire, c'est alors que je me dirigeais vers le bar du manoir, au rythme de la musique qui raisonnait dans toutes la pièce. Le sourire aux lèvres, ce même sourire aguicheur que je me servais pour charmer, je commandais un whisky au serveur, puis deux.. J'aimais mon métier. Enfin.. j'aimais.. façon de parler ! Très sincèrement, je suis payée à danser, à faire monter les hommes comme des poneys et à boire, Que demander de plus ? Je m'amuse. Et j'aime m'amuser. Il faut dire aussi, que je suis une femme qui ne s'ennuie presque jamais. Lorsque je ne travaille pas, je passe du temps avec ma fille, ou lorsque je ne l'ai pas, je me promène à la recherche de gens à martyriser pour mon plaisir personnel, ou encore, trouver un homme avec qui passer la nuit.. Et dans le cas extrême, je vais embêter mon.. le père de ma fille, et sa blonde. Non. Vraiment, ça, c'est quand je m'ennuie comme un rat mort. Et je pense que dans cette situation, même un rat mort s'éclaterait à.. Et bah, à mort. Ou plus que moi en tout cas !

J'étais encore collée au bar, tandis que mon regard croisa celui d'un jeune homme. Jeune homme qui, portait plus son attention sur ma petite personne que sur les danseuses. Jeune homme plutôt naïf, mais pas désagréable à regarder. Pas désagréable du tout même ! Blond, peau mate, yeux verts, 1m80 environs.. La proie parfaite pour passer la nuit avec, ou le faire mourir dans d'atroces souffrances, tout dépendra de mon humeur. Ou bien, les deux, s'il m'ennuie au point de devoir me bouffer la gueule avec Gailan, pour passer le temps. Un sourire de satisfaction se vit sur mes lèvres et c'est ainsi que je m'élançais vers le blondinet.

« Bonsoir, moi c'est Nina »

Le jeune homme était d'un ennuie total ! Il était là, à me regarder, mais aucun son ne sortait. Je sais que je suis belle, mais quand même, je ne suis pas si impressionnante que ça ! Après avoir essayé de parler avec lui, il émit enfin un son. Juste, un prénom. Kevin. Quel prénom laid, le pauvre.. Heureusement que ça s'arrange avec son physique, sinon il aurait rien pour lui. Je pris le verre devant lui, et je décide de le boire. Visiblement ça l'amusait, puis il fini par faire cramer sa CB pour commander des verres et des shooters. Il essayait de me mettre mal le petit. Il est mal tombé, mais je jouais le jeu. Si je faisais tout ça, c'était surtout que j'avais capté la jolie poudre blanche qu'il gardait précieusement dans sa poche.. J'en voulais. Et j'obtiens toujours ce que je veux. C'est dans ma nature.. C'est alors que je l'attrapais par la main et que je l’entraînais dans les derrières du manoir à l'abri de tous. Le petit est devenu grand. Disons qu'il avait un peu trop pris la confiance, il se rapprocha lentement de mon visage, jusqu'à ce que ses lèvres touchèrent les miennes. Et tandis qu'il m'embrassait et passait ses mains partout - ou du moins, non pas partout, mais dans la limite du raisonnable - sur mon corps, j'en profitais pour lui voler la poudre magique dans la poche de son pantalon. Ni vu, ni connu, comme on dit.

« Je pourrais t'arracher le coeur avec les dents tu sais ? Je pense que tu devrais partir. »

Bien sûr, que c'est faux ! Mais ce fût mes derniers mots avant de rentrer dans le manoir et de reprendre ma place près du bar. J'ignore pourquoi j'avais épargné le jeune homme, il ne m'était d'aucune utilité, mais il embrassait bien. Très bien même. Peut-être qu'il me sera d'une utilité quelconque un jour, s'il repassait par là. Un trait, deux traits, trois traits.. Un verre, la bouteille, et la soirée recommence. La bouteille de Chivas à la main, c'est alors que je montais sur le bar et que je me suis mise à danser. Pour le plus grand plaisir de tous. Pour mon plus grand plaisir. Je me sentais bien.

Lions and tigers and bitches, oh my. There’s no place like homecoming. See you there.


© misunderstood heart



Dernière édition par Nina K. E. Sianovitch le Lun 10 Juin - 17:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
It's me
Clyde Moebius !


avatar✉ Messages : 68
✉ Date d'inscription : 05/02/2013
✉ Fiche(s) : Ne clique surtout pas!
✉ Ft : Robert Sheehan
✉ Fonction : Strip-teaser et clodo à plein temps
✉ Disponibilité : Quand je peux
✉ Âge : 18
✉ Don(s) : Contrôle Hormonal

MessageSujet: Re: Vous m'aimez, ne dites pas le contraire. [Clyde ♥]   Sam 25 Mai - 15:32




La lueur du plafond s'envole dans la brumeuse entrejambe de saturne. Les insectes bougent doucement leur pistole comme des sangliers sur une piste cyclable enflammée. Avançant au rythme des gonades, j'avançais vers le bar d'un pas dansant en prenant soin de bien mettre un pied devant l'autre. Je venais de m'enfiler une dose et par expérience, je sais qu'il faut éviter de bouger quand on est sous son emprise. Mais bon, rien à foutre j'suis président.
Ensablé sous le pollen, je regardais les étoiles qui dansait sur le plafond. Quelques fourmis sur la piste récoltaient.. Merde. Je suis Stone..
Chaque nouveau pas m’enfonçait encore plus dans la défonce et je me rendais compte que tout ça n'était qu'une hallucination. Mais allez dire ça à mon cerveau qui assimile chaque perception de ce putain de monde comme un terrain de jeu pour mon imagination. C'est vrai quoi. Les verres devenaient des crânes de viking et les siège de sexe toys géant (et je sais que je suis pas très apte à entrer au paradis dû à mes tendance sodomite mais il hors de question que je pose mon fion sur ces trucs géants..)

L'arrivée au bar fut magistral. Comme une plume sur une fesse de jaguar. Droite, gauche, diagonale droite, diagonale gauche, Je bougeais ma tête à m'en disloquer le cou. Mon regard se posa sur un jeune homme. Blond, peau mate, yeux verts, 1m80 environ.. La proie parfaite pour toute les putes en manque d’amour. Il discuter avec une gourgandine habillée comme une autoroute 4 voies payée à 12 livres la pipe. J’imagine même pas la taille de gambas qu’elle se trimbale dans la moquette celle là.
Merde, je suis méchant avec elle mais elle est canon et elle drague le seul mec à peu près potable du circuit.. Nan je ne suis pas jaloux .. Rha Et puis de toute façon je suis trop défoncé pour le défoncer. Allez je te le laisse ma grande, faits en bonne usage et fais gaffe aux MST. Moi, il ne me reste plus qu'a attendre. Ouais, ça c'est de la bonne solution. Je vais aller m’asseoir sur un trône de céramique et attendre que ma drogue ne fasse plus effet, c'est l'histoire de quelques minutes… Allez Clyde. Un pieds devant l'autre comme un funambule. Crées ton file et suis le. Un seul chemin, un seul destin. Allez champion.
Arrivé devant le miroir je me regardais de bas en haut. La drogue ne faisait plus effet. Du moins mon visage ne possédait plus les séquelles de la défonce. Mon teint était de nouveau belge et mes lèvres aussi rose qu'un malabar entamé. Enfilant la capuche de mon gilet gris sans manche, il fallait que je sorte de ces chiottes. L'odeur de la cigarette se marie moyen avec celle de l'urine dopée à la bière …
D'un pas rapide je me dirigeais vers le bar. Je bousculais toute personne qui se trouvait sur mon chemin. J'avais besoin d'un whisky. La femme qui draguait mon ex-futur-partielle-semi plan cul dansait sur le bar. Merci à elle de ne pas avoir mis de mini jupe, voir la ficelle de son tampon dépassé m'aurais sûrement donné la gerbe … Ou m'aurais excité je ne pas pas vraiment
Elle est sûrement sous l'effet de l'alcool. je me demandais comment on pouvait en arriver à un tel point de ridicule . Déjà que ce genre de fête est à la limite du pitoyable alors avec une aguicheuse qui danse sur un bar c'est vraiment lamentable... Mais malgré son déhanché d’actrice porno et sa tenue explicite, elle dégageait très peu d'hormone sexuelle. Et malgré la blague quelque peu dégueulasse sur les règles, croyez le ou non mais L’armée rouge n'étais pas près de débarquer. Elle faisait bander tous les mecs qui la regardait et aucune pensée sexuelle réelle ne l'habitait ? Rares sont ce genre de filles qui s'amuse pour s'amuser et non pour se faire enculer après une bonne bière offert par le fils à papa du coin. Intéressant.
Je me trouver à quelque centimètre d'elle. Je pouvais respirer son parfum. Je confirme, aucune soviétique à l'horizon.
Mais tout ce spectacle fut interrompu par un saoulard. Il la bouscula et la fit tomber du bar. Son talon droit cassa sous le choque et vins tombé directement dans mes bras. La bouteille qu'elle tenait en main tomba sur le sol sans s'éclater. Et oui, c'est beaucoup plus solide que dans les films. Elle puait l'alcool à plein nez et un léger résidu de poudre blanche ce trouver sur le seuil de sa narine gauche. Après l'avoir dévisager quelques secondes je lui glissa quelque mots dans le creux de l'oreille en prenant soin de parler assez fort pour que ma voix ne soit pas recouvert par la musique,
« Je vous propose d'aller faire un tour dehors et de changer d'air. Je paye le joint»"



Revenir en haut Aller en bas
It's me
Invité !

Invité

MessageSujet: Re: Vous m'aimez, ne dites pas le contraire. [Clyde ♥]   Mer 12 Juin - 21:57






Sexy, Naughty, Bitchy






La vie est faite de choix : Oui ou non. Continuer ou abandonner. Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que d’autres : aimer ou haïr. Être un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre. Vivre ou mourir. Je vais le répéter une dernière fois, pour ceux qui en douteraient encore... La vie est faite de choix. Vivre ou mourir, le choix le plus important, mais la décision nous appartient rarement.. Et honnêtement, mieux vaut vous, que moi.



Il y avait vraiment du monde ce soir là. Et beaucoup de gens collés au bar. Mais peu importe. Tant que je pouvais danser, chanter, hurler, sauter partout dessus, ça m'allait ! Ne pas s'attarder sur les petits problèmes quotidiens, mais profiter de la vie. Et ça, c'était le bonheur. Je me souciais vraiment de rien. Sauter. Crier. Chanter. Danser. Cocaïne. Alcool. Rire. Voilà mon bonheur de la soirée.  J'en avais rien à foutre des gens autours de moi, et pourtant je cherchais une proie pour la soirée. Si je portais l'étiquette d'une salope, alors autant l'être jusqu'au bout. Je les entends les autres. «  Regarde la celle-là. Elle a une fille et elle se comporte comme une gamine. » Je tiens à m'excuser auprès de ces gens là. Vraiment, pardon. Désolée, si vous ne savez pas faire la part des choses. Pardonnez-moi, si, moi, j'arrive à m'amuser comme je le souhaites, et m'occuper de ma fille en même temps. Pardonnez-moi d'avoir une vie. Vraiment. Et puis, au pire, on s'en fout !

Je buvais encore et encore. Je tenais bien l'alcool à la base. Oui, à la base. Mais après une bouteille,je n'étais pas bourrée, non.. Enfin, je n'étais pas ivre, j'étais toujours debout, même si je tenais pas vraiment droit, ce qui est compréhensible, au passage, saturne beaucoup. Et je rigolais, rigolais, rigolais tant que je pouvais. Je chantais aussi, faux, certes, mais je chantais. J'avais vraiment personne qui allait m'embêter, c'était juste.. Fun. J'avais l'impression de retourner au temps de l'adolescence, et de rattraper mes 4 années que j'ai perdu, passée dans le coma.. C'était.. Magique. Une vraie petite fille.

Wow Nina, c'est l'alcool qui te rend comme ça ? Elle est où la poulette ? La salope qui sommeille en toi ? La fille dépourvue de sentiment ? Qui pourrait tuer par ennuie ? Le fait de venir ici t'aurais changé radicalement ? Non, vraiment. Ressaisi toi ! Tu vaux mieux que ça. Sois pas lamentable comme ça, c'est mal. Continue de danser. Tu verras, c'est beaucoup mieux. Oui, voilà. Continue à bouger ton cul de la sorte. C'est bien. Alors oui, je continuais à danser. Et je les voyais tous, ils avaient envie de se ruer sur moi. Leurs yeux criaient braguette. Ou au mieux fais moi l'amour. Mais je m'en foutais. Personne n'était à la hauteur. Nul ne m'arrivait à la cheville. J'étais vraiment trop bien pour eux. Ne serait-ce même pour une seule nuit. Même pas en rêve.


J'étais le genre de fille que les filles jalousaient, que les hommes fantasmaient, dont les parents avaient peur que leur petite fille chérie devienne comme moi. Rassurez-vous chers parents, je suis unique en mon genre. Nulle ne deviendra comme moi. Hormis Naya, bien entendu. La musique continuait de plus belle, et j'entamais une deuxième bouteille, quand un type passait près du bar et me bouscula. Je venais de tomber dans les bras d'un jeune homme, et ma bouteille venait de se renverser au sol. Mon talon droit était cassé,quel dommage ! C'était mes chaussures préférées.. Tant pis, je les ferais réparer. Mais revenons plutôt à ce garçon. Brun, plutôt grand, mais il faisait jeune. En fait, il était jeune. Pauvre petit, que faisait-il ici ? Mais peut-importe. Ce qu'il me proposa attirait mon attention. Quand il me posa parterre, je m'empressais d'enlever mes chaussures. Je marchais devant, avant de me retourner en sa direction. Mon regard et mon sourire en disait long. Quelque chose comme bon tu viens ? En me tournant je vis une jeune femme près du bar, qui tenait son verre en main, chose que je lui piqua en passant près d'elle. Son visage exprimait genre.. OH mon dieu ! Elle vient de me piquer mon verre ! Brenda ! Regarde ! C'était vraiment trop pathétique pour l'imiter. 

J'arrivais dehors en compagnie du jeune homme. Avant de me retourner vers lui. Je sentais que quelque chose n'était pas très très clair dans sa façon d'être. Je sais pas.. Même moi qui suit une criminelle sans scrupule, je n'irai pas proposer à quelqu'un de faire un tour dehors, sous prétexte qu'il m'est tombé dans les bras. Mais bon. Mes yeux commencèrent à changer de couleur et à virer au jaune fluo, genre, jaune Comme ça . On ne sait jamais, je pourrais très bien avoir à me défendre. Qui me dit que ce n'est pas un complot des Stark?

« Qu'est ce que tu me veux ? Bon, tu roules ? »
 



© misunderstood heart

Revenir en haut Aller en bas
It's me
Contenu sponsorisé !



MessageSujet: Re: Vous m'aimez, ne dites pas le contraire. [Clyde ♥]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vous m'aimez, ne dites pas le contraire. [Clyde ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "Si vous n'aimez pas les chiens..."
» Vous avez lu l'histoire de Jessie James? - Clyde's links
» Quels sont vos personnages préférés ?
» Dites haut et fort que vous aimez votre guilde !
» Aimez vous lire ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rédemption :: » ÉPILOGUE «
“game over honey”
 :: •• archives •• :: •• RP ••
-